Le vélo dans le Grand Lyon

Tout sur le vélo à Lyon et surtout Vélo'V le nouveau chouchou du Gd Lyon et de JCDecaux
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Lyon invente le vélo-boulot-dodo (www.nouvelobs.com)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Guilhem
Cycliste moyen
avatar

Nombre de messages : 73
Age : 34
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 08/10/2005

MessageSujet: Lyon invente le vélo-boulot-dodo (www.nouvelobs.com)   Jeu 24 Nov 2005 - 18:01

[...] le vélo’v est entré dans les mœurs. La preuve: les policiers ont arrêté deux braqueurs qui venaient de rafler la caisse d’une supérette avant de repartir… à vélo’v.[...]

Source : http://www.nouvelobs.com/articles/p2135/a278206.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
O'velo
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 263
Localisation : Sur le vélo
Date d'inscription : 21/06/2005

MessageSujet: Re: Lyon invente le vélo-boulot-dodo (www.nouvelobs.com)   Jeu 24 Nov 2005 - 19:04

lol ! Et les braqueurs étaient à une borne en train d'attendre qu'un velol'v se libère ? velo1

_________________
O'velo, un Irlandais à Vélo'V !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lyonic
Roi du Vélo


Nombre de messages : 340
Age : 38
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 31/08/2005

MessageSujet: Re: Lyon invente le vélo-boulot-dodo (www.nouvelobs.com)   Ven 25 Nov 2005 - 19:36

Pour info, et avant que l'article ne disparaisse du site du Nouvel Obs, une copie de ce dernier :


Citation :
Nouvel Obs - Semaine du jeudi 6 octobre 2005 - n°2135 - Notre époque

La fin des bouchons ? Lyon invente le vélo-boulot-dodo

La mise à disposition d’un millier de bicyclettes dans les rues de Lyon a rencontré un succès inespéré. Avec 25 000 adeptes, l’opération suscite l’envie en France et dans le monde.

Lyon ne se reconnaît pas. En quatre mois, la capitale des bouchons, gastronomiques et automobiles, est devenue ville à vélos. Un vrai coup de foudre pour une opération au nom prédestiné: « vélo’v » (prononcer: v-love). Laure, une infirmière de 45 ans, a dit adieu aux métros et bus bondés, à la voiture impossible à garer: « C’est génial, le matin, je prends un vélo en bas de chez moi, vingt minutes après je le dépose devant l’hôpital. Aux stations de vélos, on se parle et on se donne des conseils sur les itinéraires. »
Lancée fin mai, l’opération a dépassé les espoirs des responsables du Grand Lyon (le nouveau nom de la communauté urbaine – NDLR) et des dirigeants de la société Decaux qui a décroché le marché. « Dans mes rêves les plus dingues, je me disais qu’on doublerait les 8 000 abonnés de Vienne, où l’on mène une expérience similaire depuis deux ans. En fait on a triplé ce chiffre en quatre mois », se réjouit Franck Ponsonnet, directeur régional du géant du mobilier urbain. Aujourd’hui, 25 000 Lyonnais sont abonnés au vélo’v et les demandes d’abonnement arrivent chaque jour par centaines au siège de la société, qui entend bien s’assurer une position de numéro un sur ce nouveau marché.
Mieux, Lyon voit affluer des délégations du monde entier en quête d’inspiration: Vancouver, San Francisco, Hongkong… Même Paris, la grande rivale, veut se doter d’un modèle semblable. Fiers, les Lyonnais ! Gérard Collomb, le maire PS, n’est pas fâché de doubler son collègue parisien Bertrand Delanoë, en réalisant une opération qui laisse l’opposition municipale sans voix. « C’est très bien », concède du bout des lèvres Dominique Perben, ministre des Transports et futur candidat de l’UMP, « mais bon, les vélo’v, c’est un peu court comme ambition pour une ville ». Voire. Car l’opération, pour les Lyonnais, est tout bénéfice. Engagé dans une guerre sans merci avec son concurrent américain Clear Channel, le groupe Decaux n’a pas hésité à rogner ses tarifs. « Decaux a commencé sa carrière à Lyon, seul, il y a quarante ans, dans les Abribus et le mobilier urbain. Il s’en était servi comme vitrine alors qu’il n’avait pas un sou et, dans la foulée, il a obtenu des marchés qui ont amené son groupe à employer 7 000 personnes. Aujourd’hui, il veut recommencer avec vélo’v, toujours à Lyon », explique Franck Ponsonnet, le directeur régional. Résultat: le coût pour les Lyonnais est pratiquement nul (voir encadré). Et dans la ville, l’irruption d’un millier de vélos – il devrait y en avoir 4 000 en 2007 – a contribué à changer la physionomie des transports, comme en témoigne le passage en zone limitée à 30 kilomètres/heure du centre de Lyon. Bridées dans leur vitesse, submergées par la vague de vélos rouges, les voitures ont dû s’habituer à partager l’espace public avec les « transports doux ». Gilles Vesco, vice-président (UDF) du Grand Lyon, en charge du dossier, compte bien s’appuyer sur ce succès pour développer des pistes cyclables en site propre : « Nous n’en avons que 3 kilomètres actuellement, il y en aura 35 d’ici à 2008, le succès nous y pousse, tout comme il nous obligera à rappeler aux cyclistes les règles de partage de l’espace public avec les piétons. »
L’hiver ralentira probablement cet engouement. Le Grand Lyon en profitera pour mesurer l’impact du phénomène, avant que l’afflux de nouveaux vélo’v, auxquels se mêlent désormais des bicyclettes remisées depuis de longues années à la cave, ne relance la vague. Avec déjà une certitude, le vélo’v est entré dans les mœurs. La preuve: les policiers ont arrêté deux braqueurs qui venaient de rafler la caisse d’une supérette avant de repartir… à vélo’v.

Robert Marmoz

Un système simple et peu cher
Pour utiliser un « vélo’v », le cycliste doit d’abord se munir d’une carte d’abonnement. Celle-ci peut être d’une durée hebdomadaire – il suffit alors d’aller la retirer avec sa carte bancaire dans une des 173 stations qui couvrent Lyon ou Villeurbanne – ou annuelle, couplée avec la carte de transports en commun. En échange d’une caution de 150 euros, le cycliste peut alors prendre un vélo. La première demi-heure est gratuite et le coût horaire au-delà s’échelonne entre 1 et 2 euros. A la fin du trajet (en moyenne 17 minutes pour un parcours de 2,6 kilomètres), l’utilisateur laisse sa bicyclette à la station la plus proche de son lieu d’arrivée à condition qu’il y ait de la place. En cas de crevaison, il la ramène à n’importe quelle borne et téléphone à un numéro vert pour signaler l’incident.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Lyon invente le vélo-boulot-dodo (www.nouvelobs.com)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Lyon invente le vélo-boulot-dodo (www.nouvelobs.com)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Métro, Boulot, ... Dodo!
» Calcul économie de carburant
» Voiture, boulot, dodo ...
» auto moto retro lyon
» Soirée Hypnotik Eurexpo Lyon version 2010 - on y sera

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le vélo dans le Grand Lyon :: Vélo'V :: Les médias en parlent...-
Sauter vers: